Tout

Informations diverses, générales mais néanmoins variées.

Programme de la 6ème édition de MASCARET – festival occitan de Bordeaux / Bordèu

Un peu de le 21 août 2017

Grève de la faim contre le mépris: n’i a pro d’estar #mespresats

Un peu de le 3 juin 2015

Signez la pétition en ligne de soutien à David Grosclaude en grève de la faim :

https://www.change.org/p/gr%C3%A8ve-de-la-faim-pour-la-langue-occitane-cc-gouvernementfr-fhollande?recruiter=21543850&utm_source=share_petition&utm_medium=email&utm_campaign=share_email_responsive

6419291fe27372443067a52f20ee3ac7

 

Voici la lettre de David Grosclaude, conseiller régional d’Aquitaine qui entame une grève de la faim pour manifester son attachement à la Langue Occitane aujourd’hui menacée par un Etat Français méprisant.

Acte courageux qui touchera tous ceux qui sont conscients que les langues de nos territoires sont un trésor à entretenir et à développer.

Amis Occitans, Basques, Catalans, Bretons, Corses, Alsaciens… j’ose espérer que vous signerez en masse cette pétition car ce soir, mercredi 27 mai, cet homme debout met en jeu sa santé pour l’avenir de nos enfants.

Mercés / Milesker / Gràcies / Mersi bras / Grazia / Merci…

—————–

Chères amies

Chers amis

Assez de mépris pour notre langue !

Les signes de mépris de la part de l’État pour notre langue se succèdent et se multiplient. Avec le dernier en date, l’accumulation me contraint à mener une action pour laquelle je sollicite votre soutien. C’est une action en faveur de la dignité de notre engagement pour la reconnaissance de la langue occitane.

Je m’installe, ce jour, dans le hall de l’Hôtel de Région à Bordeaux et j’y entame une grève de la faim. Je souhaite dénoncer l’absence de suites donnés par les services de l’État un projet voté par l’assemblée régionale d’Aquitaine et par l’assemblée régionale de Midi-Pyrénées en juin 2014. Cela fait bientôt un an !

Ce projet, afin de voir le jour officiellement, ne nécessite que la publication d’un décret au Journal Officiel. Il s’agit de la création de l’Office Public de la Langue Occitane (OPLO) sous la forme d’un Groupement d’Intérêt Public (GIP). Ce sera un organisme interrégional destiné à promouvoir une politique en faveur de la langue occitane, dans plusieurs domaines et résolument tourné vers le développement de la langue. Il s’agit de faire en sorte que le nombre de locuteurs cesse de baisser et qu’il augmente à terme. C’est pour cette raison qu’il est tourné en priorité vers les jeunes générations.

Que des délibérations de deux assemblées régionales soient traitées avec si peu de considération —pour ne pas dire avec du mépris— n’est pas acceptable. Cela ne fait que donner des arguments à tous ceux qui pensent que la politique consiste seulement à faire des promesses que l’on ne tient pas. Que diront-ils alors si les décisions votées ne sont pas mises en oeuvre ?

Quand deux régions décident de mener une politique commune pour promouvoir notre langue, dont on sait qu’elle est menacée, l’État est non seulement aux abonnés absents, mais il bloque. C’est aussi le cas sur d’autres dossiers concernant notre langue.

Ce blocage de l’État central lorsqu’il s’agit de traiter de la question des langues dites régionales est récurrent. Il existe des réticences à chaque fois que cette question des langues est mise en débat. N’est ce pas le cas aujourd’hui avec la réforme du collège ? Que deviendra l’enseignement de l’occitan et en occitan ? Les craintes sont grandes et justifiées de mon point de vue.

J’ai été sollicité en 2013 pour participer aux travaux d’une commission sur la pluralité linguistique, à l’initiative de la ministre de la Culture. Cette commission a auditionné des dizaines de personnes, a travaillé pendant plusieurs semaines, et a nécessité de très nombreuses réunions. Un rapport a été publié, contenant des propositions très concrètes et très facilement applicables ; il n’y a eu aucune suite. Quel gâchis !

Je tiens à souligner qu’en tant qu’élu délégué, j’ai travaillé au projet d’Office Public avec le soutien du président de la Région Aquitaine et avec l’aide entière des services et en parfaite entente avec mon collègue de Midi-Pyrénées.

Alors que le mandat des élus régionaux arrive à son terme j’estime avoir des comptes à rendre. J’assume mes responsabilités d’élu et chacun doit prendre les siennes.

Il existe un blocage et, de mon point de vue, du mépris. J’interpelle l’État et particulièrement ses services centraux. Il faut que cette situation cesse.

Vous connaissez mon engagement en faveur de la langue, je compte sur votre soutien.

Je vous remercie.

David Grosclaude 

souscription pour la création d’une Maison de l’Occitanie à Pessac (Gironde)

Un peu de le 25 avril 2014

Logo_G-O

L’association Gironda Occitana a été créée le 4 juillet 2013 à Pessac. Son objectif est de proposer aux associations occitanes de Gironde de se rassembler autour d’un projet commun : la création d’une Maison de l’Occitanie, qui se concrétisera par la construction d’un bâtiment à Pessac, avec des locaux adaptés à leurs besoins de fonctionnement : secrétariat, centre de ressources (service de documentation, bibliothèque occitane), salles de réunions et d’activités. Ce projet prévoit également l’installation de l’Ecole Calandreta de Pessac dans cette même construction, sur un niveau qui lui sera entièrement dédié. Cette école occitane immersive (laïque et sous contrat d’association avec l’Etat) pourra à l’avenir accueillir une centaine d’enfants (à partir de 2 ans et jusqu’au CM2). Trop à l’étroit dans ses locaux actuels (33 avenue de Genève à Pessac), la Calandreta de la Dauna doit faire face à des demandes d’inscription croissantes auxquelles ce projet de construction permettra de répondre par des infrastructures fonctionnelles (classes accueillantes, locaux pédagogiques adaptés, espaces récréatifs…). La municipalité de Pessac a répondu favorablement au projet d’extension de la Calandreta de le Dauna au coeur de la Maison de l’Occitanie en offrant un terrain arboré de 2185m2, dans un quartier résidentiel, au « Pontet », à proximité de la ligne de tram et entouré par une école maternelle et une crèche. Pour pouvoir lancer ce projet, l’association a besoin de fonds lui permettant de rémunérer le travail du cabinet d’architecte chargé de réaliser les plans détaillés et de chiffrer l’évaluation des travaux de construction nécessaires à la présentation du projet aux financeurs potentiels (collectivités territoriales, fondations, mécènes privés). N’ayant pas pour l’instant de ressources propres, Gironda Occitana vient solliciter votre participation à cette réalisation sous forme d’une aide financière : • Appel aux associations pour une aide sur leurs fonds propres, • Lancement d’une souscription publique vers les personnes sensibles au projet. Les dons sont recueillis par l’association Calandreta de la Dauna, reconnue d’intérêt général, afin d’ouvrir droit à une réduction d’impôt. La participation de chacun contribuera à la réalisation d’un projet créatif, porteur d’un nouvel élan pour promouvoir et diffuser la langue et la culture occitanes gasconnes en Gironde.

GO-Souscription

projection du documentaire de Patrick Lavaud / La Vau à Pessac – Peçac

Un peu de le 15 octobre 2013

DIMÈCRES 16 oct. – Cinéma Jean Eustache – Place de la V° République – Pessac / Peçac

19h – 7,2€ / 5,5€ Documentaire « Lenga d’amor » écrit et réalisé par Patrick Lavaud – Patric La Vau
A partir de ses souvenirs d’enfant dans la ferme familiale dans le nord du Périgord, l’auteur nous convie à une découverte sensible de la langue et de la culture occitanes d’hier et d’aujourd’hui. Au fil de ses rencontres avec des personnages touchants et chaleureux, il nous transmet son amour de la langue occitane et nous guide sur les chemins des relations humaines, de la tradition orale et de la culture populaire, de la toponymie et de la signalisation bilingue, de la création littéraire, de l’enseignement et de l’avenir de la langue.
Projection suivie d’un échange avec le réalisateur.

Lenga d'amor

Lenga d’amor

Soirée Euskara / Brezhoneg / Occitan

Un peu de , , le 18 septembre 2013

Dans le cadre du festival occitan Mascaret :

Bal occitan avec « La pouf à Cordes » (Auvergne / Auvernhe ). Ce duo formidable naît d’un coup de foudre artistique et amical, entre deux filles : Clémence Cognet, violoniste et danseuse et Noëllie Nioulou, violoncelliste, violoniste et danseuse. Elles se retrouvent dans la bou

903872_10151408559855735_15769693_o

rrée, en dansant, en jouant, en en parlant, et voilà ! Le duo était obligatoire !

Elles composent aujourd’hui avec un répertoire auvergnolimousinoaphrodisiaque, en ayant pour mot d’ordre, la danse,
Chœur « Mungiako José Maria Arregui Abestaza » de Mungia, petite ville située entre Donostia – Saint Sébastien et Bilbo, en Biskaia – Biscaye .la cadence, la bonne humeur.

Ce chœur de voix mixtes comprend 45 choristes, avec un répertoire très varié incluant plusieurs genres musicaux (des œuvres religieuses aux chants populaires).
Il existe depuis 1952 et participe à de nombreuses manifestations, y compris hors du Pays basque.

Chœur mixte Bestalariak de la maison des basques de Bordeaux – Bordaleko Euskal Etxea

santa-ageda-filtrado

Chorale Hent ar Garantez de l’association Armor: répertoire de chants bretons entre terre et mer…

entrée 5€ (gratuit – 12 ans)
 Samedi 21 septembre – 20h00

Salle Bellegrave – Avenue du Colonel Jaqui


 Pessac – Peçac

Page 1 / 41234